• Une putain d'histoire de Bernard Minier

     

     

    Le roman qui porte bien son nom !

     

     

     

     

     

     

    Résumé :

    « Au commencement était la peur… »

    Hors des flots déchaînés, une main tendue vers le ciel. Un pont de bateau qui tangue, la pluie qui s’abat, et la nuit… Le début d’une « putain d’histoire ».
    Une histoire d’amour et de peur, de bruit et de fureur. L’histoire de Henry, 17 ans, que le meurtre de sa petite amie plonge dans l’enfer du soupçon. Sur son île, Glass Island, battue par les vents, cernée par la brume 360 jours par an et uniquement accessible par ferry, tout le monde connaît tout le monde, jusqu’au plus noir de ses secrets. Ou du moins le croit-on.
    Quand la peur gagne, la vérité s’y perd…

     

    Mon avis :

    Dans cette putain d'histoire, vous allez lire un thriller dans un univers adolescent. Ici, pas de paillette et de guimauve mais la vie crue comme elle peut l'être parfois.

    Plus on avance dans l'histoire et plus on se demande où l'auteur va nous emmener. Au fur et à mesure, on comprend pourquoi c'est une sacrée histoire !

    On est baladé par l'auteur et ça j'adore ! Je comprends mieux le titre maintenant.

    La vie de ses ados va être chamboulée par le décès d'une des leurs, une amie, petite amie fidèle.

    Connait-on vraiment les personnes qui nous sont chères, que peuvent-elles cacher quand elles se retrouvent seules ?

    C'est Henry qui nous raconte son histoire et on s'attache à lui à tel point qu'on se sent proche de ce groupe. On veut savoir ce qui s'est passé et nous ne serons pas au bout de nos surprises.

    Le lieu où se situe le récit est important car il apporte une atmosphère particulière. Cette île est isolée, ses habitants se pensent à l'abri de tout malheur, c'est sans compter sur les événements qui vont se déchainer tout comme le climat apocalyptique qui va leur tomber dessus.

    Dans ce roman, l'auteur développe aussi les thèmes des nouvelles technologies, comment dans nos vies actuelles, nous pouvons être épiés dans notre quotidien, qui n'est semble-t-il plus privé du tout.

    Voici donc un polar made in France qui ferait un putain de film !

    « Dernier parking avant la plage de Sophie LoubièreConcours Ligue de l'Imaginaire - 18 mois de The Love Book »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :