• La Mort en prime time de Jean-Luc Bizien

    La Mort en prime time de Jean-Luc Bizien

     

     

     

    "A partir de maintenant, vous devez tous vous entretuer. Un seul d’entre vous doit survivre et tous les coups sont permis.

    Battle Royale, Professeur Kitano (Takeshi Kitano).

     

     

     

     

    Mon avis : 

    Véritable phénomène actuel, la télé-réalité est un sujet fascinant pour moi. Parce que j'ai assisté à cet engouement inexplicable quand je vivais à Madrid. Les Espagnols étaient totalement scotchés devant "Gran Hermano" (Big Brother). On a connu des records d'audience faisant ainsi le bonheur de Servio Berlusconi et de son portefeuille (il contrôlait la chaîne qui diffusait le programme). Jusqu'alors ce qui réunissait les Espagnols c'était le football et là-bas il vous faut un peu suivre la tendance si vous souhaitez vous sociabiliser. Le Loft a débarqué en France peu de temps après et on ne parlait que de Loana, de bourriquet et d'une piscine. Comprenez ma déroute de retour au pays... Les Espagnols eux en étaient déjà au mariage... WTF ! 

    J'adore les livres du noir qui prennent ce thème, décortiquent cette mode et poussent les conséquences sociétales à son paroxysme. Je vous conseille d'ailleurs l'Oeil de Caine de Patrick Bauwen (2006) et Criminal Loft d'Armelle Carbonel (2015). La Mort en prime time est antérieur puisqu'il date de 2002, l'auteur nous propose son regard avisé en plein balbutiements de ce qu'on appelle "la télévision-poubelle". 

    Jean-Luc Bizien nous offre une analyse judicieuse des futurs candidats. Il nous explique les raisons de leur engagement. C'est quelque chose que j'apprécie puisqu'on ne s'y intéresse pas suffisamment. L'auteur nous pousse à la réflexion et nous les rend attachants, humains même car ce ne sont pas que des produits marketings éphémères. Nous pourrions être eux ! La manipulation sociologique et l'attrait d'un avenir plus certain sont les enjeux de leur décision. Ne sommes-nous pas plus coupable qu'eux, tels des spectateurs avides des jeux du cirque et endossant le rôle alors de celui qui décide de la vie ou de la mort ? Morituri te salutant ! 

    C'est un véritable message que nous délivre Jean-Luc Bizien, sans pour autant alourdir ses propos de moralisation malvenue, non il le fait avec subtilité. Le rythme de lecture est intense, cette histoire est terriblement addictive. La plume est juste, pertinente, ingénieuse. Ce texte devrait être proposé au programme scolaire afin de permettre à la jeune génération de mesurer toutes les conséquences de ce voyeurisme et de cette célébrité malsaine. 

    Un véritable coup de coeur dont je vous laisse découvrir la quintessence. Je n'apporte que très rarement un résumé dans mes avis, préférant vous laisser l'opportunité de découvrir l'histoire au fil de la lecture, et concis dans le cas contraire. 

    « La première fois que j'ai été deux de Bertrand Jullien-NogarèdeL'horizon à l'envers de Marc Levy »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 23 Août 2017 à 04:21

    C'est le roman que je souhaite lire pour découvrir Bizien. Je suis très intéressée par le sujet ayant vu dès le debut, la télé réalité. 

      • Jeudi 24 Août 2017 à 11:02

        Tu fais bien ma chewie, bon choix ;) 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :