• (Chronique d'Anthony) les deux messieurs de Bruxelles d'Eric-Emmanuel Schmitt

    (Chronique d'Anthony) les deux messieurs de Bruxelles d'Eric-Emmanuel Schmitt

     

     

    Bonjour chères lectrices et chers lecteurs. Me voici de nouveau pour parler d'une autre oeuvre d'Eric-Emmanuel Schmitt : Les deux messieurs de Bruxelles.

     

     

     

    Mon avis :

    Cela fait un moment que je l'avais dans ma PAL et j'ai enfin pris le temps de m'y plonger corps et âme. Chose que je n'ai pas faite ce coup-ci, c'est lire la 4ème de couverture, pour vraiment me garder le plus de surprise possible... et ce fut le cas. 

    Quand on observe l'allure du livre tout d'abord (Edition Albin Michel) on fait face à un beau volume, 253 pages sans compter le journal d'écriture (je reviendrai dessus plus bas). On s'attend alors à une belle histoire bien développée, plus longue que Madame Ming du moins. Et au lieu de ça oh surprise surprise ! Cinq nouvelles ! En voici une brève présentation ainsi que mon impression pour chacune.

    Les deux messieurs de Bruxelles : titre éponyme de l'ouvrage, l'histoire raconte celle d'une vieille dame, Geneviève Grenier, qui un jour reçoit la visite d'un notaire qui lui annonce qu'elle hérite d'un certain Jean Daemens. Seulement voilà, Geneviève ne connait aucun Jean Daemens. Et ce n'est pas le notaire, qui ne fait qu'appliquer les dernières volontés de son client, qui l'aidera à comprendre. Geneviève va pourtant essayer sans succès de comprendre... L'audace de cette première nouvelle se trouve dans le fait que les réponses que cherche Geneviève ne sont révélées qu'au lecteur, et ce à travers l'histoire émouvante de ces fameux messieurs de Bruxelles. Le caractère des personnages, l'originalité du récit et de la manière dont il est ficelé et mené en font un texte exceptionnel !

    Le chien: Samuel Heymann est un médecin maintenant retraité d'un petit bourg, respecté. Il est toujours vu avec son chien, un beauceron nommé Argos qu'il possède depuis de nombreuses années. Malgré sa gentillesse et son métier, cet homme est resté très secret, même avec sa fille. Alors qu'est-ce qui a bien pu le pousser à se donner la mort subitement ? C'est ce que sa fille et un écrivain avec qui il avait l'habitude de discuter whisky vont tenter de découvrir. A travers un témoignage poignant et une vie tenant à quelque chose d'improbable le lecteur découvre les secrets lourds à porter de ce médecin. L'histoire est poignante et une fois de plus tient en haleine jusqu'à la fin. Les plus sensibles lâcheront une larme...

    Ménage à trois : non mesdames on n'est pas passé dans la littérature érotique, on aurait pu cependant le croire ^^ Mais cette nouvelle, la plus courte de l'ouvrage, raconte l'histoire d'une veuve dont le mari, compositeur de musique non reconnu et à première vue médiocre, a laissé une certaine quantité de dettes. Elle rencontre alors un homme qui semble s'intéresser à elle, la comble de bonheur et règle ses soucis de dettes. Mais la partie cocasse de l'intrigue est que cet homme, ce nouveau mari, voue un culte au défunt premier époux, ce qui commence à bien gêner l'épouse (vous voyez maintenant le sens du titre :P ). L'histoire semble être banale dans l'ensemble bien que bien écrite. Mais ce qui rend cette nouvelle superbe, c'est sa chute ! Je n'en dis pas plus ;)

    Un coeur sous la cendre : nous sommes en Islande. Alba est une tante aimée par son neveu Jonas, qui lui rend bien. Seulement Jonas est gravement malade et sur la liste d'attente pour une greffe de cœur. Or un jour le fils d'Alba meurt dans un accident le lendemain d'une dispute avec sa mère. Alba culpabilise intérieurement puis apprend que Jonas a subi une greffe pile le même jour que le décès de son fils. Aurait-on voler le coeur de son enfant pour remplacer celui de Jonas ? Entre recherche de la vérité et perte dans la culpabilité, Alba va développer une haine contre Jonas, jusqu'à monter un plan pour le tuer... E-E-S nous emmène dans un autre monde que ces autres écrits, traitant d'un sujet de société sensible, à savoir le don d'organe et surtout la question de l'éthique et de l'anonymat dans cette procédure particulière. On est vite pris dans ce récit et comme Alba on est entraîné dans cette recherche de la vérité. Un récit poignant qui fait réfléchir.

    L'enfant fantôme : deux amis se retrouvent sur un banc. En face d'eux une femme et un homme agissent bizarrement l'un envers l'autre, comme si aucun des deux n'existait. Et pourtant un des amis annonce à l'autre que ces deux êtres sont mariés et étaient les plus heureux du monde. On entre alors dans le récit de leur histoire, des premiers jours heureux au drame qui tua leur couple et le rêve... Une nouvelle très courte ici pour conclure, brève mais efficace comme sait le faire E-E-S.

    Après ces 5 nouvelles suit l'élément suivant, un "Journal d'écriture" : dans de nombreuses éditions E-E-S a prit l'habitude de retranscrire son journal d'écriture. Il y note ses réflexions sur ce qu'il écrit, ses idées, ses doutes, ses axes, ses propres réflexions sur les sujets qu'il traite... C'est un morceau très instructif qui nous en apprend plus sur la genèse de l'oeuvre que nous venons de dévorer avec plaisir, et ça peut aider également à nous éclairer sur certains points encore flous.

    Pour conclure je dirai qu'une fois encore cet auteur me surprend et m'émerveille. A chaque fois c'est un véritable plaisir de le lire et de savourer chaque histoire, chaque phrase, chaque situation. Un pur bonheur !

    « Soeurs Sorcières de Jessica Spotswood - Lecture et Chronique communes avec Isabelle. Accords parfaits de Sonia Dron »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :